Un malgache à Abidjan

Posted on 24 novembre 2019

1


 

Patrick Rakotomalala (Lalatiana Pitchboule) 

Une mission de trois jours à Abidjan m’a ENFIN permis de rencontrer l’Afrique. A discuter avec des ressortissants ivoiriens j’avais le sentiment qu’on avait des similitudes, des synchronicités historiques et politiques… Quelque part le même passé colonial (1893 vs 1896) et la même décolonisation (1960) et des simultanéités dans certaines crises (2002 vs 2002, 2010 vs 2009) … Je me disais que, même si notre crise avait été moins sanglante et violente que la leur, je devrais y retrouver des similarités en termes de développement…

Les bus sont pleins, les chemins urbains des quartiers périphériques sont cahoteux, les colporteurs circulent entre les voitures dans les embouteillages… On y retrouve un peu le chaos urbain de Tana en moins miséreux et sans son fourmillement.

Une image m’a interpellé.  Les taxis abidjanais sont rouge et orange, un (tout petit)  peu moins brinquebalants que ne le sont les nôtres qui sont crème. Les chauffeurs de taxis ivoiriens sont au volant de Toyota Celica …. Elles ont 25 ans … Nos chauffeurs de Tana sont au volant de 4L et de 2 CVS … Elles ont 50 ans … On a là, symboliquement tout l’écart en termes de niveau de développement de nos deux villes… Globalement 20 ans … Et le déploiement de la ville et de ses infrastructures reflète bien ces (au moins) 20 ans d’écart… Les abidjanais se lamentent de leurs insupportables et interminables embouteillages. Abidjan Le Plateau – Riviera Palmeraie : 18 kms. 1 heure de trajet à 7h30 du matin. Combien de temps pour le trajet entre Tanjombato et Alarobia ?

Et  un corollaire … 20 ans d’écart de développement … La Côte d’Ivoire avec Houphouët (malgré ses dérives) disparu en 1993, a connu 20 années de stabilité politique de plus que ne les a connues Madagascar …

Novembre 2019

Posted in: opinions