Tribulations d’un TGV gasy au pays de Sces Po

Posted on 15 septembre 2018

3


POV Rajoelina Sces PoL’invitation à Sces Po par une association d’étudiants africains de Andry Rajoelina (ex TGV désormais IEM) sur le thème de « L’expérience démocratique en Afrique » m’avait fait grimacer. Que l’auteur d’un coup d’Etat vienne parler de démocratie … ??? Autant demander à un lutteur de sumo de gagner une compétition de gymnastique artistique. Bon d’accord … les lutteurs de sumo peuvent maigrir … mais il faut qu’ils maigrissent beaucoup 😊 …

Certains m’avaient suggéré d’y participer pour aller l’apostropher sur cette incongruité. Il n’en était pas question : l’action me paraissait bien vaine… D’autres s’en sont chargés. Bien plus jeunes, bien moins consensuels que la génération précédente. Ils y sont allés. Et j’ai pu me réjouir de leur sincérité, de leur engagement et de la pertinence de leurs interventions. Il me semble, personnellement, que le lapin ne s’est pas sorti grandi de cette confrontation avec des plus jeunes que lui … Quelle idée d’aller les chercher sur leur terrain, là.

Mais le déferlement sur les réseaux sociaux avant et après l’événement interpelle. La flambée des polémiques qui s’installent entre pro-truc et anti-machin et pro-machin et anti-truc ou qui se traitent de tels nous ramène au « bon » vieux temps du printemps de 2009 … qui n’était malheureusement pas un printemps malgache … mais bien l’entrée dans un hiver malgache … And winter came …

Et la mise au pilori de Madagate de ces jeunes qui ont osé prendre la parole pour oser interpeller le TGV en public irrite. Mais baaah… Les pratiques de mon « ami » Jeannot Ramambazafy  ne surprennent plus personne… et ne me surprennent surtout pas moi-même 😊. Il est dommage  que papizano, neuf ans après, en soit resté à des initiatives aussi primaires et aussi peu respectueuses de ce qu’il prétend défendre … « Ne sont démocrates que ceux qui sont d’accord avec moi  … quand je parle de démocratie … » … Seigneur, pardonne leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font 😊

Mais au bout du compte, à qui profite ce ramdam?

Bien que (au moins) mis mal à l’aise (cf les vidéos) par la pugnacité de ces interpellations, le TGV en tirera un bénéfice : donner matière à mobilisation de ses partisans… Même s’il est dramatiquement lamentable que cette mobilisation s’établisse sur des réflexes et des discours de haine.

Il en tirera peut-être un constat de carence en leçon : ses partisans n’ont pas été très visibles dans l’arène de Sciences Po … Et cela ne doit pas être très rassurant de disposer de si peu de jeunes soutiens lisibles au même niveau de compétences que ses détracteurs. De fait, il est peut-être compréhensible que les soutiens du candidat ex putschiste aient l’invective facile sur les réseaux sociaux.

A l’opposé, si les jeunes militants anti-Rajoelina  et leur entourage, peuvent être à juste titre choqués de la vindicte d’un Jeannot Ramambazafy, que je traitais à l’époque de journaleux, ils en tireront de fait eux aussi une nouvelle notoriété … Pour peu qu’ils en aient envie, évidemment. Mais en termes d’audience et de reconnaissance, ça paye bien de passer pour un « martyr » de la liberté et de la vérité… Je le sais, je l’ai vécu : mon audience et ma notoriété se sont bâties spontanément sur les tentatives de museler le PitchBoule que j’avais vécues à l’époque :  la censure de mon blog et ma guéguerre avec Madagate ont largement permis de me faire connaître du public. Le scandale paye … C’est bien une des clés de la communication …

Mais en même temps, parce que ces discours de haine vont éveiller d’autres colères et d’autres discours de haine en réaction, c’est l’ensemble de la nation qui y perd. En 2009, on a vu des fratries se déchirer dramatiquement entre Foza et Zanak’i dada ou imaginés tels. Neuf ans après, est-on plus sages ? On peut craindre que non…  Le drame est que le champ politique est toujours aussi stérile et que le débat d’idées, moins que jamais, ne semble pouvoir s’établir.

Un échange avec mon ami Erick énonçait ce matin

  • (E°)  :Les dérapages de ces derniers jours autour de la conférence de Rajoelina à Sciences Po montrent qu’il y a des normes de vivre-ensemble qui sont en train d’être perdues. Cela ne laisse rien présager de bon, car si les esprits tordus s’échauffent avant même que la campagne électorale ne commence, on se demande à quelle température ils seront après les résultats. Surtout que j’ai le mauvais pressentiment que l’aile extrémiste des fédéralistes va entrer dans le bal
  • (PB) : Situation intellectuellement bizarre où l’envie de dire ce que l’on pense et analyse s’oppose au souci de ne pas alimenter les polémiques et de ne pas jeter d’huile sur le feu …. Parce que, au bout du compte ce dont le pays a immédiatement le plus besoin, quel que soit selon moi le vainqueur, c’est de calme …
  • (E °) je suis d’accord avec toi à 1000%. Le seul problème, c’est de savoir si calmer le jeu signifie se taire et ne pas critiquer ou contredire, comme le voudraient les staliniens de service, pendant qu’eux ne se priveraient pas de vendre leur salade.
  • (PB)Il faut peut-être qu’on grandisse nous-même …Qu’on apprenne à dire sans colère et sans haine, dans le respect de l’autre …même quand « l’autre » nous parait avoir un stand de luxe à la foire à la saucisse … Parce que ce n’est pas en répondant par la colère ou l’agacement à ce qui nous parait imbécile qu’on se fait écouter.

Il est urgent de réapprendre à se respecter soi-même pour accepter l’autre… Ne pas tendre la joue gauche… mais ne pas exiger l’œil pour l’œil, la dent pour la dent …

C’est une nation qui doit survivre …

Bien à vous tous

Ps : Merci donc à Elliott et ses amis qui ont subi la une de Madagate … Merci d’exister… De tout cœur avec vous

Ps : J’espère que Pov ne m’en voudra pas de lui avoir emprunté cette image que je trouvais excellente

Patrick Rakotomalala (Lalatiana PitchBoule) – 15/09/18

Posted in: opinions