Ne dites pas à ma mère que je suis franc maçon…

Posted on 5 janvier 2014

12


Ne dites pas à ma mère que je suis franc maçon, elle me croit …

franc-maconnerie-symbole

Le 21 Octobre, 4 jours avant le 1er tour de l’élection présidentielle, le site de TV5 monde qui faisait un inventaire rapide des principaux candidats à la magistrature suprême présentait en ces termes le candidat du Fery Vaovao : « Hery Rajaonarimampianina, (…) 55 ans, économiste, protestant et franc-maçon de la bonne société des plateaux, ex-ministre des finances de la transition ».

La Lettre de l’Océan indien (LOI), média prétendant être bien informé quant aux réseaux et décideurs africains, donnait l’information en Fevrier 2013 de l’appartenance maçonnique de ce même Hery déclaré « membre du Rotary et de la loge maçonnique du Grand Rite Malgache » [1]. Cette information avait d’ailleurs été reprise par certains journaux malgaches, dont la Gazette de la Grande Ile qui y faisait allusion en Aout et en Septembre en écrivant au sujet de Hery Rajaonarimampianina « Pour arranger l’image de ce franc maçon, celui-ci s’est marié samedi dernier… Et ce, afin d’éviter d’éventuelles polémiques autour du statut [de son] couple … ». [2]

Le propos n’est pas ici de reprocher à Hery, ou à quiconque d’ailleurs, son appartenance ou non à une confrérie.  Mais il est seulement question de s’étonner de certaines curieuses pratiques en termes de traitement de l’information.

Il faut ainsi noter que contrairement à ce qu’a dû affronter Jean Louis Robinson à propos de sa propre affiliation à une obédience, l’appartenance maçonnique de Hery Rajaonarimampianina n’a jamais été considérée comme un sujet suffisamment digne d’intérêt qu’on puisse l’aborder lors de la campagne électorale du second tour.

Le du 11 décembre 2013, lors du deuxième débat télévisé entre les deux candidats, la journaliste en fonction ne s’est pas privée d’interpeller Jean-Louis Robinson sur ce sujet pour obtenir de lui confirmation de son statut de membre de la franc-maçonnerie. Très curieusement, elle s’est bien gardée de le faire pour son concurrent, malgré les nombreuses allusions, entre autres celles citées ci-dessus.

Le quotidien « La Gazette DGI » si empressé à rappeler au long de cette campagne du second tour que JLR était un franc-maçon, a curieusement lui aussi perdu la mémoire quant à cette affiliation de Hery supposée dès Aout 2013.

De la même manière, les autres medias se sont montrés bien discrets quant au statut « d’initié » ou non du candidat de la Révolution Orange, alors que ce sujet avait été évoqué par la presse à plusieurs reprises avant sa déclaration de candidature.

L’appartenance maçonnique du Dr Robinson était décidemment bien plus intéressante que celle de Hery. Amnésie soudaine ? Ou bien illustration du professionnalisme et de l’impartialité des médias malgaches ?… Hon …

Après ce débat télévisé, la plupart des médias défavorables à Jean-Louis Robinson se sont jetés comme la faim sur le pauvre monde pour en faire des tonnes quant à son appartenance à la Franc-maçonnerie.

Le comble est pourtant que certains supports, eux-mêmes dirigés par des « initiés » notoires, non seulement ne se sont pas embarrassés de scrupules pour déblatérer sur l’appartenance de leur « frère » Jean-Louis Robinson à la Franc-maçonnerie, mais en plus se sont permis de révéler au public le nom d’autres « affiliés » de son entourage. Ils contrevenaient dès lors, de manière éminemment choquante, aux lois élémentaires de discrétion vis-à-vis de leurs « frères » que leur serment impose aux Francs-maçons. Comment ainsi, certains membres du premier cercle de M. Rajaonarimampianina, eux-mêmes reconnus comme maçons, ont-il pu approuver (si ce n’est fomenter) cette campagne de dénigrement sur la Franc-maçonnerie d’un frère, au mépris de leur serment, pour  servir de manière nocive la campagne de leur candidat ? 

Décadence des valeurs maçonniques ?

Ce type d’anecdote illustre la décrépitude des valeurs maçonniques. Ces valeurs que l’on voit décrites de manière transparente, non secrète, visible sur de nombreux sites web ou au sein de livres en librairie. La Grande loge nationale de Madagascar (GLNM) affiche sur son site Web  ses principes : « Amour fraternel, tolérance, solidarité (…), expression de notre engagement qui n’est pas une démarche secrète, mais simplement discrète ». Une présentation de la franc-maçonnerie à l’intention des profanes déclare que celle-ci reste d’abord « un beau système de morale enseigné sous le voile de l’allégorie au moyen de symboles ».

Ca, ce sont les principes et valeurs qui fondent la fraternité. Mais alors comment expliquer, que lorsqu’ils œuvrent dans le monde profane en général, et dans la vie politique en particulier, certains francs-maçons puissent renier ces principes essentiels qu’ils se sont solennellement engagés à respecter lors de leur prise de serment ? Comment expliquer qu’ils n’aient pas eu de scrupules à dévoiler l’identité de leurs « frères » ? Comment expliquer qu’ils aient pu embastiller leurs « frères » adversaires politiques ?  Comment ont-ils pu, au mépris des valeurs auxquels ils prétendaient adhérer, participer à un coup d’Etat quand ils se disent défenseurs de la démocratie, tremper dans les affaires louches de la Transition ou des régimes précédents, contribuer à l’organisation des actes de violence du premier trimestre 2009 ou se commettre en trafics en tous genre, se compromettre dans leurs  « contacts » avec les opérateurs du bois de rose ? « Apporter en dehors ce qui a été appris au-dedans » … On a bien vite jeté aux cactus ce principe qui fait l’essence même de la franc-maçonnerie, cette invitation à pratiquer dans la Cité les enseignements et valeurs reçus dans les Temples. Ceux là ont bien trop vite  cédé devant des préoccupations au rendement « métallique » plus immédiat : le pouvoir, les honneurs, l’argent, l’image…

Combien sont ils ainsi qui n’ont cherché – et quelquefois réussi – à intégrer la franc-maçonnerie  dans le seul but d’y rechercher un appui pour leurs activités profanes ?

Combien d’ateliers, dans le but de « démocratiser » la Franc-maçonnerie, ont privilégié la quantité (le nombre d’initiations) au détriment de la qualité (la motivation et l’engagement moral) dans leurs recrutements ?

Combien de loges ne tentent-elles pas de redorer leur image en recrutant des personnalités dotées de rôles et fonctions importants dans la vie publique, dans un but inavoué de prestige ou de gains d’influence ?

Certes, un des principes de la Franc-maçonnerie énonce que « tout homme est perfectible » me direz-vous … et donc par extension, n’importe quelle citoyen peut être admis. Mais si la porte devait être grande ouverte au tout-venant, dans ce cas, à quoi servent les processus d’enquêtes et d’épreuves qui filtrent l’admission à la Franc-maçonnerie, et qui font qu’il y est difficile d’entrer, alors que, contrairement aux sectes, il est très facile d’en sortir.

Il est vrai qu’en France et en Afrique, la Franc-maçonnerie traine une réputation largement sulfureuse d’activisme politique. Certaines obédiences françaises se sont fait une spécialité d’attirer l’adhésion des hommes d’État africains. Certains de ceux là bénéficient même « d’augmentation de salaire à vue » au travers d’un système qui leur permettrait d’atteindre en quelques heures (ou jours, ou semaines) le sommet de la hiérarchie des grades, alors qu’il faudrait en principe plusieurs années de pratique… voire plusieurs décennies !!! Un article d’un média gabonais révèle ainsi que François Stifani, l’ancien Grand maitre de la Grande loge nationale de France a été suspendu de la franc-maçonnerie régulière française, notamment pour avoir « cautionné ces « mascarades » maçonniques en Afrique. Il aura vraiment fallu vouloir lui faire la peau à celui là, pour enfin en arriver là …

Face à cette grande braderie des recrutements et des grades, on peut craindre que la Franc-maçonnerie malgache devienne encore plus une Franc-maçonnerie mora… Il est vrai que le manara penitra est un terme un peu galvaudé aujourd’hui. La franc-maçonnerie malgache doit elle être à l’image de ces ateliers maçonniques proches de la Françafrique, où l’on rencontre aux plus hauts grades des hommes d’Etats qu’on ne peut pas raisonnablement pas  qualifier d’humanistes ou démocrates… pour le moins … ?

Il est une évidence qui ressort des échanges que j’ai pu avoir : parler de « Franc-maçonnerie malgache » est une gageure, car il y a naturellement autant de nuances et de spécificités que d’obédiences présentes. Certaines obédience acceptent l’athéisme de leurs adhérents quand d’autres le refusent. Certaines sont traditionnellement plus « spirituelles », tandis que d’autres sont plus « opératives » dans le domaine politique, économique ou des droits humains.

La Grande loge initiatique mixte de Madagascar « recommande à ses membres de participer à la vie publique, sociale et culturelle ». Il est donc inapproprié de tout mettre dans le même sac. Toutefois, depuis le début de la crise, une certaine volonté commune de s’intéresser activement à la chose politique émerge au sein des ateliers : à travers des conférences, des tentatives de médiation, des réunions ouvertes, des comités de soutien … quand ce n’est pas son propre soutien à titre de candidat (i.e aux législatives) qu’on organise en espérant faire jouer les réseaux maçonniques en sa faveur.

Le défunt pasteur Emilien Razafiarison disait : « si l’Église n’évangélise pas le monde, le monde va mondialiser l’Eglise »… traduction : si les valeurs de l’Eglise n’arrivent pas à s’implanter dans la société, ce sont les mœurs de la société qui vont s’implanter dans l’Eglise. Il en est de même de la Franc-maçonnerie : si elle n’est pas capable d’essaimer ses valeurs dans le monde profane, ce sont les valeurs du monde profane qui vont s’imposer en son sein. Quand les « métaux » (pouvoir, argent, image, etc …) commencent à polluer la franc-maçonnerie malgache, ils risquent de la mener à sa perte si elle ne se ressaisit pas.

Appeler tous ceux qui proclament des valeurs à les vivre.

C’est sans doute sur l’interprétation du rôle du Franc-maçon dans la Cité que se situe l’essentiel du défi pour les Obédiences et les Loges. S’il est évident que tout citoyen (franc-maçon ou pas) a le droit de s’investir individuellement dans la vie politique de son pays, il semble dangereux et inapproprié d’essayer de manipuler les réseaux maçonniques pour en faire un instrument collectif de prise de pouvoir. Non seulement cela favorise les clivages au sein de la Franc-maçonnerie même, mais de plus cela contribue à une image négative alimentée par certains sites internet à deux balles qui aiment mélanger de façon passablement primaire, sous l’ombrelle d’un « Gouvernement mondial », des institutions aussi disparates que la Franc-maçonnerie, les club de service, les organisations internationales, les illuminati ou le fameux groupe Bilderberger.

Les attaques menées depuis quelque temps par certains obscurantistes sur les médias et réseaux sociaux, par ceux là  qui sont allés jusqu’à évoquer de prétendus cultes satanistes et autres fadaises [3] valaient quelques éclaircissements.

Sans doute à travers ces attaques qui relèvent plus du fantasme que de la réalité, la franc-maçonnerie paye le fait de promouvoir la libre pensée, non bridée par une idéologie politique ou un dogmatisme religieux. Dans ces conditions, il est normal que ceux qui prônent que leur vérité est la seule Vérité combattent la Franc-maçonnerie, dont les idéaux sont incompatibles avec toute pensée unique, qu’il s’agisse de chefs religieux ou de dirigeants totalitaires (Hitler, Staline…). Une religion traitera toujours quelqu’un qui refusera son dogme de satanisme, un dictateur traitera toujours un opposant de terroriste, et un griot de l’un ou de l’autre bord accusera toujours un libre penseur d’être un manipulateur de mauvaise foi.

La Franc-maçonnerie est une organisation humaine, et chez les Francs-maçons comme chez les membres du Lion’s Club, du Rotary Club, des Eglises etc., il est de bons et de mauvais éléments. Les dérives pédophiles de certains prêtres ne font pas de l’Église catholique une institution à supprimer. Les diakona adultères ne font pas du FJKM protestant une organisation cultuelle à dissoudre. Les mpiandry qui ont participé aux premières heures du coup d’État de 2009, ne doivent pas voir vouer aux gémonies le  FLM luthérien. Et les  kamikaze musulmans assassins d’innocents de font pas de l’Islam une mauvaise religion.

Parallèlement, ce n’est pas parce qu’il y a des dérapages de Franc-maçons que leur institution est à rejeter. La vie est ainsi faite d’alternance de noir et de blanc, comme un pavé mosaïque.

A l’aube d’une nouvelle année, qui peut être une année d’espoir mais aussi l’année de tous les dangers (post-électoraux), il est peut-être temps d’appeler tous ceux qui se prétendent œuvrer pour des valeurs acquises dans les Temples maçonniques, mais également dans les lieux de culte de toute confession, les clubs de service, les institutions académiques et autres plateformes se donnant pour prétention l’amélioration de l’être humain, à réfléchir profondément à leurs rôles et à leurs responsabilités respectifs dans la sortie de crise.

Un ami me rapportait que, après des questionnements pertinents qui avaient émergé en 2012, il semblait que la dimension opérative développée par la suite se soit malheureusement traduite par une concurrence entre les obédiences : il s’agissait de gagner en influence à travers le placement d’hommes dans les rouages du pouvoir… ou de recruter des profanes qui en étaient issus… Avec des résultats largement douteux à ce jour.

Au bout du compte … Qu’est-ce-qui a été fait, qu’est-ce qui n’a pas été fait, qu’est-ce qui a été mal fait ? … Questions essentielles pour des travaux en ateliers au sein des obédiences. Mais celles-ci ont-elles la capacité et la volonté de plancher sur une telle remise en question ?

Bien à vous tous …

PitchBoule

Spécial dédicace à mon ami Ndimby A. pour ses articles  Rassembler des francs-maçons épars et La franc-maçonnerie malgache en panne de lumière ? et son travail d’archives.
 Notes

[1] Fiche sur Mamy Ravatomanga, Insiders Madagascar, 4 février 2013.

[2] En fait, ces articles étaient faux. M. Rajaonarimampianina n’était pas Franc-maçon.  

Posted in: opinions