Scenarios et cauchemars

Posted on 11 décembre 2013

2


viso-urne-standard-40x30x40-cm-2340536Scénarios et cauchemars
par Sahondra Rabenarivo. 11 Novembre 2013

Je m’étais commis sur un texte qui appelait à voter « utile » … Ce papier de Sahondra Rabenarivo vient l’appuyer de manière plus … rationnelle  … Bien à vous tous

Quand nous irons aux urnes le 20 décembre 2013, il ne s’agira pas de voter le candidat-député le plus sympathique, ou beau/belle gosse, ou meilleur chanteur, ou plus friqué. Les enjeux sont importants pour la stabilité politique d’après crise, nécessaire pour entamer la reconstruction de Madagascar. Avant de donner le pouvoir à ces élus sur notre avenir, nous (malgaches, électeurs) tenons entre nos mains la possibilité de définir (ou de compromettre) notre destin. Votez utile, voici pourquoi :

Selon l’article 54 de la Constitution de 2010:  « Le Président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou groupe de partis majoritaire à l’Assemblée Nationale. Il met fin aux fonctions du premier ministre, soit sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement, soit en cas de faute grave ou de défaillance manifeste. Sur proposition du Premier ministre, il nomme les membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions. »

Article 60 de la Constitution de 2010 : « Le Président de la République peut, après information auprès du Premier Ministre, et après consultation des Présidents des Assemblées, prononcer la dissolution de l’Assemblée Nationale. Les élections générales se tiennent 60 jours au moins et 90 jours au plus après le prononcé de la dissolution. »

Article 72 de la Constitution de 2010 : « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui qu nom duquel il s’est fait élire. En cas d’infraction à l’alinéa précédent, la sanction est la déchéance prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle. Le député élu sans appartenance à un parti peut adhérer au groupe parlementaire de son choix au sein de l’Assemblée. »[3]

Article 103 de la Constitution de 2010 : « L’Assemblée Nationale peut mettre en cause la responsabilité du Gouvernement par le vote de la motion de censure. Une telle motion n’est recevable que si elle est signée par la moitié des membres composant l’Assemblée Nationale. Le vote ne peut avoir lieu que quarante-huit heures après le dépôt de la motion. La motion n’est adoptée que si elle est votée par les deux tiers des membres composant l’Assemblée Nationale. Si elle est adoptée, le Gouvernement remet sa démission au Président de la République. »

Article 50 de la Constitution de 2010 : « L’empêchement temporaire du Président de la République est déclaré par la Haute Cour Constitutionnelle, saisie par l’Assemblée Nationale, statuant à la majorité des deux tiers de ses membres, pour cause d’incapacité physique ou mentale d’exercer ses fonctions dûment établie. En cas d’empêchement temporaire, les fonctions du Chef de l’Etat sont provisoirement exercées par le Président du Sénat. »

Article 51 de la Constitution de 2010 : « La levée de l’empêchement temporaire est décidée par la Haute Cour Constitutionnelle sur saisine du Parlement. L’empêchement temporaire ne peut dépasser une période de trois mois, à l’issue de laquelle la Haute Cour Constitutionnelle, sur saisine du Parlement statuant par vote séparé des chacune des Assemblées et à la majorité des deux tiers de ses membres, peut se prononcer sur la transformation de l’empêchement temporaire en empêchement définitif. »

En cette semaine de Nelson Mandela, souvenons-nous de cette citation de sa part : « Etre libre ne veut pas simplement dire se débarrasser de ses propres chaînes, mais vivre de manière à respecter et améliorer la liberté des autres. »[4]

Le bulletin que chacun versera le 20 décembre sera pour l’avenir. Votez pour la paix. Ne votez pas MAPAR.

Sahondra Rabenarivo
11 décembre 2013

Fisehoan-javatra mety ho tena nofy ratsy

Rehefa handeha hifidy isika ny 20 Desambre 2013, dia tsy ny kandida depiote sariaka indrindra akory, na beau gosse, na mahay mihira, na manam-bola no tsara ho fidina. Miankina amin’ny voka-pifidianana mantsy ny filaminana ara-politika ao aorian’ny krizy, izay ilaina raha hanarina ny firenena. Alohan’ny hanomezan-tsika vahoaka an’ireo olom-boafidy ny fahefana, dia eo ampelatanàn-tsika Malagasy mpifidy ny fahefana handrafitra (na hanimba) izany ho avintsika izany. Ka mahaiza mifidy, fa izao no antony :

Araky ny andininy faha-54 ao amin’ny Lalam-panorenana 2010 :  « Ny Filohan’ny Repoblika no manendry ny Praiministra araka ny tolotry ny antoko na vondrona antoko maro an’isa ao amin’ny Antenimierampirenena. Ny Filohan’ny Repoblika no mampitsahatra ny Praiministra amin’ny asany, aorian’ny fanolorany ny fametraham-pialan’ny Governemanta, na vokatry ny fahadisoana goavana, na noho ny tsy fahombiazana azo tsapain-tànana. »

Andininy faha-60 ao amin’ny Lalàm-panorenana 2010: « Azon’ny Filohan’ny Repoblika atao ny mandrava ny Antenimierampirenenena rehefa avy nampahafantatra ny Praiministra, sy maka ny hevit’ireo Filohan’ny Antenimiera. Ny fifidianana ankapobe dia tanterahina ao anatin’ny enimpolo andro farafahakeliny ary sivifolo andro farafahabetsany aorian’ny nanambarana ny fandravàna. »

Andininy faha-72 ao amin’ny Lalàm-panorenana 2010: « Mandritra ny fe-potoana hiasany, ny solombavambahoaka dia tsy afaka miova vondrona politika mba hiditra any aminà vondrona vaovao, ankoatra ny anaran’ny vondrona izay nahavoafidy azy, raha tsy izany dia aongana. Raha misy ny fandikàna ny andàlana etsy aloha, dia ambaran’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàmpanorenana ny sazy fanonganana. Ny solombavambahoaka voafidy ka tsy avy aminà antoko iray dia afaka miditra ao amin’ny vondrona parlemantera araka ny safidiny eo anivon’ny Antenimiera. »[1]

Andininy faha-103 ao amin’ny Lalàm-panorenana 2010: « Azon’ny Antenimierampirenena atao ny maneho ny tsy fankasitrahana ny andraikitry ny Governemanta amin’ny alàlan’ny latsabato fitsipaham-pitokisana. Tsy azo raisina anefa ny tolo-kevitra toy izany raha tsy ny antsasaky ny mpikambana ao amin’ny Antinemierampirenena no manao sonia azy. Valo amby efapolo ora ao aorian’ny fametrahana ny tolo-kevitra hotapahina vao azo atao ny latsa-bato. Tsy lany ny fitsipaham-pitokisana raha tsy ny roa ampahatelon’ny mpikambana ao amin’ny Antenimierampirenena no mankato azy. »

Andininy faha-50 ao amin’ny Lalàm-panorenana 2010: « Ny tsy fahafahana miasa miserana manjo ny Filohan’ny Repoblika noho ny tsy fahafahana ara-batana na ara-tsaina hisahana ny asany izay voamarina ara-dalàna dia ambaran’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàm-panorenana, rehefa nampakarin’ny Antenimierampirenena ny raharaha, araka ny fanapahan-kevitra nolanian’ny roa ampahatelon’ny mpikambana ao aminy. Raha sendra misy tsy fahafahana miasa miserana dia ny Filohan’ny Antenimiera-doholona no misahana vonjimaika ny asan’ny Filoham-panjakana. »

Andininy faha-51 ao amin’ny Lalàm-panorenana 2010: « Ny fanalàna ny tsy fahafahana miasa miserana dia tapahan’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàm-panorenana, rehefa nanao fampakaran-draharaha ny Antenimiera. Ny tsy fahafahana miasa miserana dia tsy tokony hihoatry ny telo volana, ka aorian’izay dia azon’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàm-panorenana atao ny manambara ny amin’ny fanovàna ny tsy fahafahana miasa miserana ho tsy fahafahana miasa tanteraka aorian’ny fampakaran-draharaha momba izany ataon’ny Antenimiera roa tonta izay manapaka amin’ny latsabato misaraka ary nolanian’ny roa ampahatelon’ny ao aminy avy. »

Amin’izao herinandron’i Nelson Mandela izao, aoka hotsarontsika ny nolazainy : « Ny atao hoa ‘afaka’ dia tsy ny fahafahan’ny tena samirery ihany, fa ny miaina amin’ny fomba izay manaja sy manatsara ny fahafahan’ny hafa. »[2]

Ny vato arotsakao amin’ny 20 Desambra dia ho an’ny ho avintsika rehetra. Mahaiza mifidy. Aza mifidy MAPAR.

Sahondra Rabenarivo
11 décembre 2013

Posted in: opinions