Discours de Saraha Georget Rabeharisoa – Rencontre avec la diaspora malgache

Posted on 1 juillet 2013

12


IMG_9953(1)

Discours de Saraha Georget Rabeharisoa

Rencontre avec la diaspora malgache

Paris, 26 juin 2013

Je suis vraiment très heureuse de vous retrouver tous ici en ce jour de fête nationale. Mais je dois dire que ce jour anniversaire de notre pays est aussi pour moi un jour de tristesse parce que cela fait quatre ans maintenant que notre pays traverse la plus grave crise de son histoire. J’espère de tout mon cœur que la prochaine fête nationale, nous la célébrerons ensemble à Antananarivo, moi présidente de la République et vous à nouveau fiers d’être Malgaches.

La tenue des élections libres, transparentes est la première étape à franchir pour sortir Madagascar de la grave crise politique dans laquelle il est plongé depuis mars 2009. C’est un passage obligé pour l’apaisement du pays et le retour dans le concert des nations.

L’illégitimité du pouvoir en place depuis le coup d’Etat et sa non reconnaissance par la Communauté internationale a dramatiquement affecté l’économie nationale et a accentué considérablement la précarité et l’injustice sociale.

Mais le cycle, qui enferme la population malgache dans une paupérisation croissante a été initié il y a bien plus longtemps. Cinquante trois années d’instabilité politique, de crises politiques, conséquences de la mauvaise gouvernance et d’erreurs de gestion économiques.

Le parti Vert à travers son projet de société pour le redressement de notre pays a voulu répondre à l’appel de la population, unique victime de ces crises politiques à répétition.

Par ses propositions, le parti Vert entend briser ce cycle tragique d’instabilité politique et de dégradation économique.

L’avènement à Madagascar d’un parti Vert bâti sur les fondements de l’écologie politique constitue en soi un tournant historique qui permet d’envisager une véritable alternance démocratique.

Depuis plus de cinquante ans, aucun pouvoir n’a pu véritablement créer les conditions d’un essor économique soutenu pour le bien-être durable de la population malgache.

Depuis toujours, le peuple malgache a été instrumentalisé à des fins politiciennes et égoïstes par ses propres élites politiques.

Le citoyen malgache a été marginalisé dans les processus de prise de décision et dans la mise en œuvre des politiques de développement socio-économique. L’opacité de la conduite des affaires de l’Etat, l’enrichissement illicite des dirigeants successifs sont aujourd’hui insupportables, alors que 97% de nos concitoyens vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Cette rupture entre la classe politique et la population est dangereuse et inquiétante. Face à cette crise politique et morale, le parti Hasin’I Madagasikara a bâti un projet porteur de propositions concrètes en écoutant les préoccupations de ses militants.

Le parti Hasin’i Madagasikara veut offrir au peuple malgache des réponses réalistes, des solutions élaborées en commun, pour l’amélioration de ses conditions de vie dans un projet qui préservera d’abord l’Homme, mais aussi de manière essentielle son environnement.

Son programme électoral place l’Homme malgache au centre de tous les intérêts fondamentaux et au cœur du dialogue politico-social. Il est le fruit de l’ensemble des préoccupations et des attentes du citoyen malgache que j’ai recueillies à l’issue de mes tournées pendant quatre ans à l’écoute de mes compatriotes sur toute l’étendue de notre territoire du Nord au Sud et d’Est en Ouest.

La vision politique d’une nouvelle société malgache repose essentiellement sur le respect des règles de bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et de la restauration d’un Etat de droit où la démocratie sera au service du développement humain. Cet Etat sur lequel je m’engage sera un Etat protecteur et non plus un Etat prédateur au service de quelques-uns.

Ce projet commun de société cohérent sera la base de notre politique. Notre programme s’inspire des réalités spécifiques de notre société ainsi que du contexte actuel de la mondialisation.

L’amélioration du niveau de vie par le travail et la redistribution équitable des richesses constitueront le fondement de notre politique sociale.

Notre programme s’harmonise avec les grandes lignes du Dossier Stratégique pour la Réduction de la Pauvreté de Madagascar.

Il veut s’harmoniser aussi avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement, objectifs primordiaux que tragiquement, le pays n’atteindra pas à l’échéance. Mon futur mandat présidentiel s’inscrira sous le signe de la relance économique durable, du développement humain et de la stabilité sociale.

Il dégagera des priorités : offrir à tous un maximum d’opportunités d’emploi, l’accès à une éducation de qualité et la santé pour tous, le tout dans un environnement sain et sûr.

Ces priorités sont les fondements même de notre réussite de demain.

L’emploi est l’une des pierres angulaires de mon programme pour lutter contre la pauvreté. L’emploi rendra sa dignité à l’homme, à la femme et à toute la jeunesse malgache qui aujourd’hui a perdu l’espoir.

Il s’agit de permettre à tous de s’investir pour un meilleur avenir. Il s’agit de permettre aux malgaches de se réapproprier pleinement leur environnement. Et quand j’évoque l’environnement, j’entends l’environnement économique, institutionnel, écologique des Malgaches, qui doivent être les premiers bénéficiaires de leurs ressources naturelles et de leur travail.

Un vaste programme multisectoriel national sera lancé pour appuyer l’insertion professionnelle, pour lutter contre le sous-emploi et le chômage.

Le partenariat Public-Privé sera un des moteurs de notre relance économique pour une transition vers une croissance auto-entretenue, gage d’un développement réellement durable à Madagascar.

La promotion du secteur éducatif sera aussi l’une de mes priorités, un regard tourné vers l’avenir pour rattraper les retards accumulés depuis des décennies.

C’est la promotion d’une éducation de qualité mais aussi de la formation professionnelle, qui stimulera les initiatives et la créativité afin d’aider nos jeunes à transformer leur rêve en réalité.

C’est la promotion de l’immense richesse de notre peuple qui nous permettra de disposer des ressources humaines nécessaires au développement d’une nation compétitive dans une économie internationale.

Nous travaillerons dur pour que notre peuple puisse vivre en bonne santé pour contribuer de façon productive au développement de notre nation.

L’accès à la santé sera garanti à tous : nous n’acceptons plus que des enfants souffrent de malnutrition. Nous estimons qu’il n’y a pas se fatalité des maladies tropicales. L’eau potable sera accessible à tous.

Nous allons nous atteler à stimuler le secteur agricole, notamment par la promotion des PME PMI grâce à une politique d’incitation adéquate.

Nous favoriserons le secteur des énergies renouvelables afin de réduire progressivement notre dépendance au pétrole et notre empreinte écologique.

Nous voulons une armée professionnelle, républicaine et responsable qui aura toute sa place dans un Etat de droit afin d’accompagner la république dans ses tâches régaliennes.

Nous développerons nos infrastructures par la construction des routes, de ponts et par le développement de tous les modes de transports, en particulier des modes de transport fluviaux, pour que notre pays soit mieux connecté au monde et nos populations mieux desservies.

Pour le secteur des industries extractives, nous prenons l’engagement que nos compatriotes en bénéficieront directement. Nous ferons en sorte par exemple que ces matières premières dont notre ile regorge, soient autant que possible transformées chez nous.

Nos priorités sectorielles seront réellement créatrices d’emplois et génératrices de richesses dans le respect permanent de l’équilibre entre le développement économique, l’environnement et nos valeurs culturelles.

Forte de son identité et de sa richesse culturelle, Madagascar sera une nation ouverte, une vraie terre d’accueil pour ceux et celles qui désirent s’y installer.

Enfin, une attention particulière sera apportée à la réintégration pleine de la diaspora malgache dans la vie culturelle, économique et politique de notre Nation.

Cette 19ème tribu, avec ses ressources, son expérience, son expertise, sa vision du monde et de la démocratie a été trop longtemps stupidement rejetée à la marge par les différents régimes politiques.

Ces régimes ne voyaient en la Diaspora qu’une force d’opposition. C’est une incommensurable erreur. Notre Diaspora est une richesse essentielle pour notre pays.

C’est dans ce sens que je m’engage sur les points suivants :

  • Le droit de vote sera accordé à nos compatriotes à l’étranger.
  • Leur représentation sera assurée au sein de nos institutions.
  • Une politique de naturalisation et d’inscription consulaire massive sera engagée pour permettre à tous ceux qui, de cœur et de sang, sont attachés à notre pays de retrouver pleinement leur place pour que l’on serve ensemble notre Nation.
  • Les coopérations entre les nationaux et les expatriés seront largement favorisées par la mise en place de structures ad hoc. L’investissement, l’épargne et le retour au pays seront favorisés.

C’est cette volonté de rebâtir une Nation fière et forte de toutes ses composantes qui mène aussi mon projet.

C’est cette volonté de servir mon peuple en lui proposant un avenir plus prospère, fruit d’un effort conjugué de tout un chacun, qui m’a poussée à briguer la magistrature suprême afin que pour une fois, les vraies valeurs de solidarité et d’équité sociale deviennent une réalité à Madagascar.

En dépit des difficultés économiques de l’heure, je m’engage à réaliser avec abnégation et détermination les promesses retenues dans notre programme pour l’intérêt général de la population malgache en vue de son bien-être durable.

Je m’engage à combattre le système politique actuel qui transforme la politique en l’art de tromper le peuple par des promesses irréalisables aux fins d’abuser de sa naïveté et de s’enrichir abusivement par des détournements des deniers publics, par la corruption et par les trafics en tout genre de nos ressources naturelles.

Je m’engage donc à me battre contre tout système de mauvaise gestion de l’Etat incapable aujourd’hui de créer les conditions d’un développement durable et inclusif pour la population malgache.

L’opportunité des élections présidentielles de 2013 est pour moi un grand rendez-vous avec le peuple malgache, que j’aime au plus profond de moi-même et en qui je place toute ma confiance, un peuple malgache qui a besoin d’un nouveau leadership politique soucieux d’améliorer son quotidien et de lui assurer des lendemains meilleurs. Il est plus que temps.

Je serai heureuse que vous m’accompagniez dans ce Projet pour que vive Madagascar.

Posted in: opinions