L’urbanisation ou le nouveau défi malgache

Posted on 25 juin 2011

15


Pour tous ceux qui ne le connaissaient pas,  je mets en ligne ce document de la Banque Mondiale sur les enjeux de l’urbanisation à Madagsacar. On aime, ou on n’aime pas la Banque Mondiale, mais ce document (volumineux) de référence pose des questions fondamentales en termes de développement souvent peu traitées … 

Extrait du résumé exécutif

  1. Cette nouvelle étude de la Banque mondiale (avec les contributions du PNUD, l’UNHabitat,l’UNICEF et ATD-QuartMonde) a pour objectif de placer le défi urbain sur le « radar »des décideurs politiques et des partenaires à Madagascar. Ce pays est avant tout perçu comme à vocation agricole ce qui s’est traduit par l’adoption de stratégies de développement,notamment le Madagascar Action Plan (MAP) en 20061, qui mettent l’accent presque exclusivement sur le développement agricole et la gestion des ressources naturelles. Ces priorités, justifiables et justifiées, négligent toutefois de prendre en compte le phénomène de l’urbanisation qui est en train de prendre place, et qui s’accélère, dans le pays. Cette étude vise à combler cet oubli avec l’espoir de rééquilibrer le débat.
  2. L’urbanisation doit être prise en compte dans la vision de développement de Madagascar pour au moins 4 raisons majeures et complémentaires :
  • Elle est une réalité démographique : Déjà plus d’un ménage sur trois vit dans une agglomération urbaine et, au rythme actuel, près de la moitié de la population sera localisée en ville dans une dizaine d’années.
  • Elle est génératrice de croissance économique et d’emplois : Aujourd’hui, les centres urbains génèrent près de ¾ du PIB national et concentrent presque toutes les grandes entreprises du pays. Les perspectives de trouver un emploi sont de plus en plus cantonnées dans et autour des villes.
  • Elle guide la transformation sociale : La concentration démographique entraine l’éclatement des familles et la disparition graduelle des mécanismes d’entraides traditionnels. Les facteurs de vulnérabilité ne sont plus les mêmes qu’en zones rurales car les familles sont moins dépendantes des conditions climatiques mais davantage affectées par l’environnement économique.
  • Elle est déterminante pour la stabilité politique : Les crises politiques malgaches ont toutes été exclusivement urbaines, y compris celle en cours, peut-être parce que la richesse y est plus concentrée, les inégalités plus visibles, et les capacités de mobilisation plus aisées.
  1. Une clarification initiale peut être nécessaire : cette étude ne cherche pas à comparer le développement rural et urbain même si le lecteur sera souvent tenté de procéder à une telle comparaison. L’ambition est ici de fournir des informations, des analyses et des recommandations sur comment confronter le défi urbain parce que ce thème a été relativement négligé à Madagascar (il n’existe pour ainsi dire pas d’autres études). D’ailleurs, il serait une erreur profonde d’opposer le développement urbain et rural car les deux sont complémentaires comme l’illustre l’exemple suivant. Les villes doivent offrir des opportunités d’études et d’emplois pour absorber les flux de jeunes qui quittent leur campagnes dans l’espoir d’une vie meilleure, alors que les paysans doivent devenir plus productifs pour assurer la sécurité alimentaire des centres urbains. Dans le même ordre d’idées, cette étude n’apportera pas de réponses précises en matière d’aménagement du territoire car cela dépasse le cadre qui lui a été imparti. Ces questions stratégiques devront être abordées dans une étape de réflexion ultérieure ; au cours de laquelle les multiples enjeux de l’économie malgache devront être pris en compte, y compris celui du défi urbain. Rapidement, des choix devront pourtant être effectués, entre les villes et les campagnes et entre les villes elles-mêmes, car il n’est pas possible, ni même rationnel de chercher à couvrir l’ensemble du territoire par des politiques et des investissements uniformes

 

Table des Matières

  • PARTIE I : Le paysage démographique et l’urbanisation de Madagascar
    • Chapitre 1 : L’urbanisation de Madagascar est en route
    • Chapitre 2 : La population urbaine est plus prospère mais moins protégée
    • Conclusion : Aller au-delà des idées conventionnelles sur la démographie malgache
  • PARTIE II : Comprendre les défis et opportunités dans les centres urbains de Madagascar
    • Chapitre 3 : Les villes comme moteur de croissance économique et d’emploi
    • Chapitre 4 : L’accès au terrain et le développement du foncier en milieu urbain
    • Chapitre 5 : Le défi de la connectivité urbaine
    • Chapitre 6 : Un mal urbain – l’eau et l’assainissement
    • Chapitre 7 : L’éducation en milieu urbain
    • Conclusion : Un tour d’horizon qui illustre l’urgence
  • PARTIE III : Le rôle des autorités locales dans le développement des villes
    • Chapitre 8 : Un état des lieux chaotique – le rôle imprécis des communes face au défi urbain
    • Chapitre 9 : Comprendre l’inefficacité des communes
    • Chapitre 10 : Vers une action concertée en faveur des communes
    • Conclusion : Aider les exécutifs communaux à sortir du cercle vicieux de la sous-administration et de la non-existence budgétaire
  • Partie IV : Un plan d’action pour réussir une politique de la ville
    • Axe 1 : Accélérer le développement et les opportunités économiques
    • Axe 2 : Améliorer les conditions de vie et réduire les inégalités
    • Axe 3 : Une politique de protection sociale pour que la pauvreté ne se transforme pas en misère
    • Conclusion : Se donner les moyens d’y croire
  • Annexe : statistiques démographiques sur la population urbaine à Madagascar

La référence sur le site de la Banque Mondiale : http://siteresources.worldbank.org/INTMADAGASCARINFRENCH/Resources/UrbanChallenge_final.pdf

Ou le  fichier au format PDF (224 pages – 4774 ko)    110300- BM-Urbanisation-Madagascar

 

 

 

 

Posted in: opinions