Les chroniques de Ragidro … Défendre le retour de Ra8 …

Posted on 17 juin 2011

52


Par Lalatiana PitchBoule

Je ne suis pas pour ma part un « dada addicted » contrairement à ce que certains de mes détracteurs veulent bien me prêter. Séduit par l’entrepreneur (si si si), j’ai été ulcéré par l’homme politique, par ses dérives  et par son autisme. J’ai été exaspéré par ce que je juge être des erreurs tactiques de sa part avant-pendant-après mars 2009, par ses manipulations, et par sa prise en otage du pays pendu depuis deux ans à ses sempiternels « I will return », bref par tous ces éléments  qui me voient lui attribuer une part de responsabilité induite dans le blocage actuel de la situation …

MAIS … MAIS … MAIS … nous avons vu un 19 Février magnifique à Ivato.

Comment peut on nier que, malgré tout ce qu’on lui reproche, Ra8 reste l’homme capable de mobiliser les populations – peut être à tort mais est ce à nous d’en décider et a-t-on, nous,  su offrir une alternative –  en incarnant un espoir auprès de tous ceux pour lesquels il y a un « du temps de dada, il y avait du boulot » et un « depuis le TGV, c’est la cata ». Il est, à mon humble avis, faux de prétendre qu’il n’a plus de base …

Elle est probablement moins structurée qu’elle ne l’a été, mais elle sera là au rendez-vous.  Le peuple a besoin d’icône et je reste convaincu que Ra8 en demeure une, malgré tout ce que je peux reprocher au personnage. Si au bout de ces deux ans de crise, il reste capable de créer l’évènement à Ivato en mobilisant spontanément ces dizaines de milliers de personnes, que des dizaines de milliers d’autres auraient certainement rejoints sur un retour triomphal s’il avait effectivement débarqué, a-t-on les moyens de priver les gens de cette identification et, de fait,  de ce sentiment collectif qui font désormais tant défaut au pays ? A t on les moyens d’attendre l’émergence d’une ou plusieurs personnalités charismatiques capables de MOBILISER des électeurs épuisés et dégoûtes prêts à la fatalité et à la résignation … Si j’ai raison dans mon analyse de la situation, arrêtons de nous croire plus intelligents que les masses populaires et respectons les.

La solution prônée est effectivement d’y aller aux élections, courageusement, intelligemment, pour porter la vision alternative et le message d’espoir nécessaire pour  rebâtir le collectif  en question. Mais en a-t-on le temps et les moyens face à cette dictature mafieuse et soldatesque qui ne dit pas son nom mais qui s’est mise en place.

C’est au nom de la nécessité urgente de retrouver un sentiment collectif que je juge important que Ra8 revienne. Il faut en finir avec ce passé récent noir… Alors même que, curieusement, le sujet de l’amnistie, de la réconciliation et du pardon n’ont plus leur place dans les débats actuels  … L’un des plus grand scandales du pouvoir actuel est ainsi d’avoir entretenu et aggravé les scissions dans le pays en niant cette volonté profonde d’une TRES GRANDE part de la population de voir revenir son « dada », quand l’intelligence aurait voulu que la priorité des priorités soit d’apaiser les conflits. Sans le retour du président déchu, espérer ainsi des masses populaires l’oubli et la lassitude ne résoudra rien;  bien au contraire ces tensions ne peuvent que s’exacerber.

J’écrivais il y a quelque temps dans Amnistie, Justice et Réconciliation Nationale  « Une véritable maturité politique devrait prendre en effet en compte qu’il n’existe semble t il pas de transition démocratique qui ne s’accompagne d’un recours à des mesures d’amnistie ou de grâce.  L’instauration d’une démocratie stable exigera que succède à un régime autoritaire, dont les actes  des dirigeants relèveraient normalement du droit commun,  un régime dont  les nouveaux gouvernants préféreront une forme de rémission des peines au cours normal de la justice[…] Ces questions se  posent dans tous les pays confrontés à l’enjeu essentiel d’une véritable Transition : renouer avec une concorde civile.  Je rappelle de même que le livre de Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, militant anti-apartheid et bâtisseur de la paix en Afrique de Sud,  s’intitule  « Il n’y a pas d’avenir sans pardon » « …

Qu’il revienne donc …

Posted in: opinions