Droit de réponse : Lettre ouverte à Monsieur Chataignier …

Posted on 27 février 2011

7


Monsieur l’Ambassadeur,

Mon post « Ivato, 19 février magnifique » publié sur mon blog « Madagoravox Coup d’Etat, Coups de gueule » le 20 février a été repris  dans les colonnes de  Madagascar Tribune édition papier du 22 février.

Cette publication a fait l’objet de votre part, Monsieur l’Ambassadeur, d’un droit de réponse que vous avez transmis à la rédaction du journal en question. Je prends aujourd’hui connaissance de ce droit de réponse qui met  en cause « M. Pitchboule ». Vous y déclarez en particulier:

[…] « Ces textes contiennent des propos mensongers et diffamatoires« .

[…] L’article de M.Pitchboule rapporte quant à lui des propos que j’aurais tenus dans un discours public à Ubifrance en février 2010. Cette citation tronquée et rapportée hors de son contexte ne reflète en aucun cas la réalité de la position française en faveur d’une sortie de crise durable et pérenne pour Madagascar.

A titre de billet de blog  et, comme son nom l’indique,  à titre de « coup de gueule »  si vous voulez bien me passer l’expression, ce billet qui a été repris , je le précise à mon insu et sans mon autorisation, par l’édition papier de Madagascar Tribune  n’avait pas prétention à  fait de journalisme.  Je ne suis d’ailleurs pas journaliste.  Je l’aurais prétendu que j’aurais veillé à une exacte précision dans la restitution des éléments qui vous émeuvent tant.

Je n’exprime, dans ce sens, sur mon blog que mon ressenti et mes humbles analyses sans plus de prétention. Pour autant j’assume pleinement  mes propos.

Il n’est donc pas question que je puisse vous laisser déclarer à mon sujet « Ces textes contiennent des propos mensongers et diffamatoires« .

Par souci de précision à l’attention des lecteurs,  je n’ai jamais affirmé que vous aviez déclaré en public lors de cette réunion à Ubifrance « il n’existe pas d’opposition populaire à Rajoelina ». Je ne me serai pas permis de remettre en question, dans ce cadre précis, votre professionnalisme et votre devoir de réserve.  Ainsi, sur le plan sémantique écrire comme je l’ai fait « nous disait » ne signifie pas « déclarait en public ».

Il reste que votre  « Cette citation tronquée et rapportée hors de son contexte ne reflète en aucun cas la réalité de la position française » ne réfute pas le fait que je rapporte une partie de propos que vous auriez tenus en privé.

Ces propos ont été effectivement tenus  en aparté lors d’un échange privé que nous avons eu en fin de réunion. C’est au cours de cet échange que je vous avais  interpellé, entre autres sujets,  sur très précisément la nécessité de la prise en compte de l’opinion favorable à Marc Ravalomanana d’une très grande partie des malgaches. J’avais évité, je le rappelle, de parler de « majorité des malgaches ». La réponse que vous m’avez formulée, toujours en aparté,  sur la représentativité des manifestations,  du Magro en particulier, était dans le droit fil de ce que j’ai déclaré dans mon billet de blog. Je l’affirme absolument.

Monsieur l’Ambassadeur,  je ne tiens pas à débattre plus en avant et à opposer votre parole à la mienne.  Je n’irai pas non plus débattre ici de l’ingérence ou de non-ingérence de la France dans la crise et de ce que  je juge être des maladresses et des erreurs de postures.  Ce sont des thèmes que j’ai développés au sein de mon blog.  A votre droit de réponse, accordez moi de proposer le mien.  Mais je ne peux accepter de voir remettre en question, à mon propre sujet, les valeurs de sincérité et d’honnêteté intellectuelle que je prône.

Soyez assuré, Monsieur l’Ambassadeur, de ma considération.

Patrick Rakotomalala (dit Lalatiana, dit Pitchboule)

Posted in: opinions