Recherche intellectuels désespérement …

Posted on 7 juin 2010

12


La Nation Malgache recrute en urgence Intellectuels Engagés

Mise en ligne : 28/05/2010

Société et Etat en devenir et en mal de projet politique et par ailleurs en carence démocratique recrute urgemment des Intellectuels engagés. De nombreux postes à pourvoir.

Date prévisible d’embauche : Des que possible

Forme et Durée prévisible du contrat : contrat précaire à temps partiel ou à temps complet à durée indéterminée ; un engagement sur plusieurs décennies est souhaité

Fourchette de rémunération : Sans objet.

FORMATION – DEFINITION DU PROFIL :

Junior / Expérimenté. Candidat de niveau Bac  à Bac+++ : Docteur, Ingénieur, Chercheur issus de domaines scientifiques, littéraires, sciences sociales ; Technicien ou autodidacte issu des milieux urbains ou ruraux. Plus que son diplôme, sa personnalité et ses qualités humaines et éthiques associées à des capacités d’analyse et de vision prospectives sauront définir le potentiel du candidat et la richesse de ses apports pour accompagner un projet ambitieux de développement et de mutation de notre Société vers la démocratie et la modernité.

CONTEXTE DE CREATION DU POSTE

La déshérence de l’intelligentsia malgache à la suite des Ravoahangy Ralaimongo et autres Raseta, grands intellectuels qui avaient défini les bases idéologiques du nationalisme malgache, a caractérisé après l’indépendance des organisations politiques (organes du pouvoir en place : PSD, Arema, FNDR, Undd, Tim, …), dont la seule construction intellectuelle ou idéologique a été un ancrage à la personnalité présidentielle.

A contrario, les partis réellement « idéologiques » se sont vu peu à peu rejetés à la marge du pouvoir. De scissions opportunistes en renoncements, d’alliances tactiques  en compromissions avec les pouvoirs successifs tous structurés par le clientélisme, les partis politiques « idéologiques » ont perdu leurs fondamentaux théoriques sur lesquels auraient pu se bâtir les projets alternatifs de société. Ainsi le socialisme nationaliste et autochtone du Monima de Monja Jaona a vécu une mutation idéologique sidérante qui lui a vu adopter les thèses libérales.  Le MFM de Manandafy, parti d’extrême gauche à l’origine, a lui aussi muté pour rejeter les thèses socialistes, qui fondaient son socle idéologique. Dans l’histoire plus récente, le Leader Fanilo de Herizo Razafimahaleo qui rêvait bâtir une nouvelle éthique politique, s’est peu à peu délité pour perdre toute son aura idéologique.

Les intellectuels malgaches semblent ainsi avoir abandonné le champ de la réflexion politique qu’ils avaient investi successivement pour les luttes d’indépendance, puis pour les luttes identitaires, et enfin pour la révolution socialiste. A la suite de  la catastrophe économique et sociale qui a suivi la dite révolution socialiste, et à la suite de la mise en place des politiques néo-libérales – en particulier des Plans d’Ajustements Structurels – ils paraissent avoir privilégié au politique d’autres voies, d’une part, plus sécurisantes et, d’autre part, plus valorisantes en termes de promotion et de reconnaissance sociale : ils ont ainsi fait le choix soit de la spécialisation au sein de postes d’enseignement universitaire, soit celui de la technocratie en occupant des postes d’expertise au sein des institutions internationales ou des administrations, soit celui du pouvoir ou enfin celui du monde des affaires et du grand ou moyen business, quand ils ne se sont pas expatriés pour se réaliser sous d’autres cieux.

Quand la vacuité d’une vie politique où la recherche des prébendes du  pouvoir tiennent lieu de projet politique, et quand la technocratie prend le pas sur le politique (MAP)  le développement de la démocratie et l’entrée du pays dans une modernité prenant en compte les valeurs authentiques et traditionnelles, exige probablement l’émergence ou la renaissance d’une classe d’intellectuels, sortis de leur déshérence et capables d’offrir les fondements théoriques sur lesquels peuvent se bâtir les nouveaux projets alternatifs dont a besoin notre Société, et sur lesquels doit se développer le débat démocratique.

NATURE DU POSTE :

Le travail proposé offrira au titulaire une triple responsabilité, analytique, critique et prospective.

Fonction analytique : le titulaire aura à charge d’assurer une lecture des événements sociaux et politiques, d’en dévoiler la signification profonde et de les projeter en actions futures, de  fournir à la Société malgache une interprétation pertinente et mobilisatrice de ces évènements, d’identifier les symptômes des nouvelles « crises », de donner du sens aux mouvements de la Société, d’éclairer les voies menant à plus de liberté et à moins d’aliénation.

Fonction critique : ni  pacificateur ni bâtisseur de consensus, « empêcheur de tourner en rond », le titulaire du poste s’engagera pleinement, sur la base d’un sens constamment critique, en refusant quel qu’en soit le prix les formules faciles, les idées toutes faites, les confirmations complaisantes des propos, comptes rendus officiels et justifications émanant du pouvoir ou des courants de pensée conventionnels, pour offrir les alternatives théoriques propres à alimenter le débat public.

Fonction prospective : en restant à l’écart des politiques qui attendent essentiellement de sa part des réponses immédiatement convertibles en termes de politiques publiques et/ou de communication, le titulaire du poste aura à charge de produire des analyses qui justement peuvent déboucher sur des actions publiques sans rentabilité politique immédiate. En dehors de tout parti, soucieux de faire vivre l’espace public à travers des revues, des lieux de débats réels, des centres de rencontre, le titulaire du poste pourra intervenir sous des formes multiples pour faire face à la discontinuité actuelle de cet espace public.

Le rôle du titulaire  est  ici d’alimenter les débats  d’idées de son travail de prospective pure, de proposer et débattre de solutions, d’offrir aux acteurs de la vie publique (politiques, journalistes, chercheurs, société civile, citoyens) des pistes alternatives, authentiques, bâties en prenant en compte les réalités de son terrain, sur lesquelles pourront se fonder de réels projets politiques tournés vers l’avenir.

Conditions générales d’exercice dU POSTE :

Le titulaire exercera sa fonction avec une marge de liberté et de responsabilité importante, donc de façon obligatoirement autonome et détachée de toute contingence politique ou matérielle ou de toute affiliation à une organisation affidée au pouvoir ou autre groupe de pression, qui par essence aliénerait sa propre liberté de parole (cf UNIR, CREM, etc …). L’activité s’effectuera avec des contacts fréquents sur le terrain, et des formes d’échange et de collaboration étroite tant au sein de la communauté des intellectuels que de l’ensemble des acteurs de toutes les couches de la société.

LIMITES DE LA FONCTION :

Le rôle du titulaire est de clarifier les enjeux majeurs et de définir les principales menaces pour la justice sociale, l’indépendance nationale et la liberté ainsi que d’identifier et soutenir les principaux défenseurs de ces mêmes principes. L’intellectuel responsable examinera sans concessions le contexte politique et analyse les relations entre les pouvoirs et les acteurs, mais s’engage à ne rien lancer selon ses impératifs politiques personnels.

Par ailleurs, le titulaire prendra garde que son « acculturation » caractéristique d’une trop forte occidentalisation de sa formation, ne l’enferme dans des schémas et des référentiels  dans lesquels il fondera essentiellement son discours sur son besoin de reconnaissance par ses pairs occidentaux. Il prendra garde à ne pas se détacher des réalités de son terroir et donc de sa capacité à produire une réflexion pertinente.

Enfin, le titulaire prendra soin de ne pas aliéner sa liberté de parole et de réflexion en particulier en rejetant toute forme d’affiliation aux structures artificiellement établies pour servir la pensée conventionnelle ou les enjeux de communication et de politique immédiate du pouvoir en place.

RATTACHEMENT HIERARCHIQUE :

Le titulaire rapportera directement au peuple malgache qui jugera de la validité, de l’authenticité et de la sincérité de son discours ainsi que de la crédibilité de sa fonction.

EXTENSIONS POSSIBLES DE LA FONCTION :

Par ailleurs, en lien avec ce projet, des startups sont envisagées qui pourraient relayer par des initiatives collectives les réflexions du titulaires : universités populaires, forums citoyens (sur le modèle de « Terra Nova » (http://tnova.fr) ou de « la République des Idées » (http://www.repid.com), etc …

CONNAISSANCES TECHNIQUES :

  • L’expertise terrain ou théorique que le candidat aura développé sur un domaine précis ou sur des domaines connexes lui a permis d’affirmer des capacités d’analyse transversale et de corrélation des faits et évènements sociaux.
  • Le candidat affichera une pratique approfondie de l’analyse des questions communautaires et politiques, bâtie sur une culture générale étendue et sur une conscience des réalités sociales qui lui permettent d’intégrer des problématiques diverses.
  • Capacité à intégrer des problématiques économiques, sociologiques, historiques, politiques, géopolitiques et à échanger avec les experts de ces domaines respectifs.
  • Bonne maîtrise de l’expression écrite et orale.

QUALITES ATTENDUES :

  • Capacités de modélisation et de conceptualisation
  • Autonomie, esprit d’initiative
  • Capacité critique et honnêteté intellectuelle
  • Ethique et humilité
  • Rigueur et qualité dans les développements
  • Capacité à exprimer les choses clairement
  • Aptitude à travailler en équipe
  • Indépendance intellectuelle et refus de toute allégeance au politique et à toute forme de compromission
  • Refus de toute ambition politique et économique

ENVOI DES CANDIDATURES : Dès que possible. Recrutement permanent.

Adresser dossier à : candidature_intellectuel@madagascar_en_peril.dago

Patrick Rakotomalala (Lalatiana Pitchboule)

Posted in: opinions